Hollande et le FMI
Actu

FMI : l’Economie pour les nuls

0

Si un ami a trop bu et souhaite absolument prendre sa voiture, votre devoir est de lui conseiller fermement de décuver avant de prendre le volant. C’est exactement ce que vient de faire ce lundi le FMI avec le gouvernement français, ivre d’impôt et de prélèvements en tous genres.

La France rappelée à l’ordre par le FMI

Le FMI sait qu’il est bon parfois de rappeler des évidences. C’est pour cela que dans son rapport annuel, le fond a exhorté la France, la deuxième économie de la zone Euro, à prendre ses responsabilités en réduisant véritablement ses dépenses sans augmenter les impôts.

Dans un style pédagogique, le FMI rappelle notamment à la France qu’elle possède déjà l’un des plus hauts niveaux d’imposition du monde (le troisième sur près de 200 pays). Dans la zone euro, seule la Belgique possède un niveau d’imposition supérieure à la France. L’institution recommande donc de ne plus procéder à de nouvelles augmentations d’impôts au risque d’ancrer la France dans la récession.

Coup d’œil dans le rétroviseur des impôts

Il est loin le temps où sous la présidence du Général De Gaulle puis celle de Pompidou, le taux de prélèvement obligatoire oscillé entre 30% et 35%.

Les choses se sont sévèrement gâtées après les deux chocs pétroliers successifs de 1973 et 1979. En 10 ans, les prélèvements obligatoires ont augmentés de 25%, atteignant un sommet sous Mitterrand en 1987 à 42,7%.

La période Chirac est en demi teinte oscillant entre augmentation et réduction des prélèvements tant avec une majorité parlementaire de droite que sous la cohabitation. Bref, un manque de lisibilité de la politique fiscale française pendant plus de 10 ans.

La période de la présidence Sarkozy marque un tournant sans précédent avec une décru des prélèvements obligatoires de 4,5% en 4 ans, ramenant, en 2009, la France à son niveau de 1993 ! Il est remarquable de noter que si la crise des sub-primes de 2008 n’avait pas éclatée, et à ce rythme là, le président Sarkozy aurait ramené à la fin de son mandat en 2012, le niveau de prélèvement obligatoire de la France à celui de 1979 à environ 40%, soit exactement le niveau actuel de l’Allemagne et de la moyenne européenne! Trop beau pour être vrai, Sarkozy aurait fait table rase de l’augmentation des impôts des 30 dernières années en un seul quinquennat.

% du prélévement obligatoire en France de 1960 à 2013

prélévement obligatoire en FranceSource : Insee

Pas de répit pour les impôts en 2013 et en 2014

Le poids des prélèvements obligatoires devrait une fois de plus augmenter en 2013 de 4 milliards d’euros, selon Les Echos. A la faveur, surtout, d’un « coup de rabot donné aux niches fiscales », évalué à 2 milliards d’euros par le quotidien.

« Le taux de prélèvement obligatoire atteindrait 46,3% de PIB en 2013 (prévision inchangée), puis 46,5 % en 2014, contre 44,9% fin 2012. » Un taux supérieur à 46% représente un record absolu depuis les années 1960, comme le montre ce graphe compilant les données de l’Insee et celles obtenues par Les Echos pour les années 2012 à 2014.

 Plus que de l’optimisme, la méthode Coué

Alors que l’ensemble des indicateurs macro-économiques sont aux rouges (production industrielle, consommation des ménages, investissement, etc.), le président François Hollande a pris de cours l’ensemble des économistes du pays en déclarant, droit dans ses bottes lors de son interview du 14 juillet: « la reprise économique est là », mais a cependant concédé qu’il ne pouvait pas exclure des augmentations supplémentaires d’impôts pour aider à « équilibrer le budget ».

Le FMI déconseille formellement une nouvelle hausse des impôts, affirmant qu’elle pourrait entraver les investissements et la création de nouveaux emplois.

Dernière piqure de rappel, le FMI a également averti que la France devrait terminer l’année en récession à -0,2% contrairement aux annonces du gouvernement qui contredit lui même son propre institut statistique (INSEE). Bref, une réalité bien éloignée des incantations médiatiques de François Hollande.

 Le chômage crève aussi le plafond

En Juin, le nombre de demandeurs d’emploi en France a atteint un niveau record avec 3,28 millions de chômeurs. Cela marque le 26ième mois consécutif de hausse du chômage avec une hausse significative de 11,2% depuis l’élection de François Hollande. Le taux de chômage en France est dorénavant deux fois plus élevé qu’en Allemagne.

 

A propos de l'auteur / 

Thierry

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués. *

Les plus consultés

Newsletters

Recevez les dernières infos par e-mail: