Mode de garde : les aides financières

Obtenir une place dans une crèche pour votre enfant ou solliciter les prestations d’une assistante maternelle ou d’une baby-sitter nécessite un budget important. De ce fait, pour alléger les frais liés aux services de garde, des aides financières sont proposées aux parents. Suivez ce guide pour connaître les différents modes de financement qui sont mis à votre disposition.

Les aides de la CAF

Les aides de la CAF associées à la crèche collective et parentale sont versées directement aux établissements qui prennent en charge la garde des enfants pour réduire les coûts à supporter par les parents. La participation horaire est calculée en fonction de vos moyens et du nombre d’enfants que vous prenez en charge. Le calcul est effectué suivant un barème établit par la CAF. En ce qui concerne la subvention pour une garde en micro crèche, elle varie en fonction des revenus du foyer.

Pour les aides d’une garde à domicile, la valeur de la prise en charge est déterminé selon le nombre d’enfants et leur âge ainsi que vos revenus. Vous devez néanmoins payer au minimum les 15 % du budget global. Si vous optez pour une assistante matérielle tout comme l’aide à domicile, un complément de libre choix de mode de garde de la Paje vous permet de bénéficier d’une aide pour payer une partie des frais de garde pour chaque enfant. Cependant, les cotisations sociales feront l’objet d’une prise en charge totale, mais le salaire brut du prestataire ne doit pas excéder les 48, 35 euros par jour et par enfant. 

Le crédit d’impôt

Il est également possible de bénéficier d’un crédit d’impôt pour une garde par une assistante maternelle agrée ou une structure d’accueil pour enfants de moins de 6 ans. La déduction ou le crédit d’impôt concerne la totalité des frais hors allocutions. Elle est à hauteur de 50 % des dépenses, toutefois une limite de 2 300 euros est fixée par enfant soit un crédit d’impôt maximum de 1150 euros.

Au cas où il s’agit d’une garde alternée, le crédit est alloué de moitié à chaque parent, soit 550 euros au maximum. Cet avantage fiscal est accordé cependant à condition que l’enfant en garde soit âgé de moins de 6 ans à la date du 1er janvier de l’année d’imposition. En complément, vous pouvez chercher des renseignements sur le web pour connaitre les modalités des aides locales, d’entreprise et du CESU.

Laisser un commentaire